Interventions psychothérapeutiques et comportementales efficaces et gestion de l’obésité

TÉLÉCHARGEZ LE PDF – EN ANGLAIS SEULEMENT
CHAPITRES COMPLETS – EN ANGLAIS SEULEMENT
  • Toutes les interventions en gestion de l’obésité impliquent un comportement de la part de la personne vivant avec l’obésité (ex. : alimentation, activité, observance médicamenteuse), donc, l’appui aux changements comportementaux devrait être intégré à tous les plans de gestion de l’obésité. Ceci implique une modification de la relation « patient.e*-professionnel.le* », passant du statut d’expert (enseigner et parler) à celui de collaborateur, qui est attentif à la psyché de la personne.
  • Les interventions en gestion de l’obésité devraient être évaluées en fonction des composantes comportementales de cette intervention qui perdurent pour cette personne. La priorité devrait être accordée aux plans de gestion de l’obésité qui perdure pour cette personne, plutôt qu’à ceux établis par des cliniciens ou basés sur des programmes de gestion.
  • Les personnes vivant avec l’obésité devraient être encouragées à développer leur estime de soi et leur auto-efficacité (confiance de pouvoir surmonter les obstacles (à un comportement), en se basant sur des résultats qui sont réalisables à partir d’efforts comportementaux et non pas sur des espoirs idéalisés par rapport à un poids désirable ou à la forme corporelle à atteindre.
  • L’alimentation comme les activités physiques sont le fruit d’interventions psychologiques et comportementales et non pas des interventions en soi. Les stratégies de changement comportemental qui, à la base sous-tendent des programmes en alimentation ou en activité devraient être définies (c.-à-d : qu’elles seront les stratégies de changement permettant d’obtenir des changements durables en matière d’alimentation et d’activité ?)
  • Plusieurs approches psychothérapeutiques (alliant modification du comportement [établissement d’objectifs, autosurveillance, résolution de problèmes], thérapie cognitive [recadrage] et stratégies basées sur les valeurs pour modifier l’alimentation et l’activité physique) devraient être intégrées aux plans de soins pour la perte de poids et l’amélioration de l’état de santé et de la qualité de vie (niveau 1a, catégorie A) et promouvoir l’observance thérapeutique, la confiance et la motivation intrinsèque (niveau 1b, catégorie A).
  • Les professionnels de la santé devraient fournir des soins à long terme et livrer des messages cohérents aux personnes vivant avec l’obésité pour développer leur confiance en leur capacité de surmonter les obstacles (auto-efficacité) et leur motivation intrinsèque (raison personnelle fondamentale de changer), les encourager à se fixer des objectifs réalistes et atteignables en matière de santé et à les appliquer en séquence, à surveiller leurs comportements et à analyser leurs reculs par la pensée adaptative axée sur la résolution de problèmes (recadrage cognitif), y compris la clarification et la réflexion sur les comportements valorisés. (Niveau 1a, catégorie A)
  • Les professionnels de la santé devraient demander aux personnes vivant avec l’obésité l’autorisation de leur prodiguer un enseignement sur les liens entre une gestion réussie de l’obésité et l’amélioration de l’état de santé, de la capacité fonctionnelle et de la qualité de vie associée à des objectifs comportementaux réalistes, et non la perte de poids seulement. (Niveau 1a, catégorie A)
  • Les professionnels de la santé devraient offrir des séances de suivi pour assurer la répétition et la pertinence du message, et stimuler le sentiment d’auto-efficacité et la motivation intrinsèque. (La recommandation complète est accessible au chapitre intitulé « Interventions psychothérapeutiques et comportementales efficaces et gestion de l’obésité ».) (Niveau 1a, catégorie A)
  • L’objectif principal des interventions psychologiques et comportementales est d’aider les personnes vivant avec l’obésité à effectuer des changements durables, à encourager l’estime et la confiance en soi, et ce, tout en améliorant la santé, le fonctionnement ainsi que la qualité de vie.
  • Il n’existe pas qu’une seule voie qui mène au succès. Les objectifs devraient être personnalisés et importants pour la personne et pas simplement pour le clinicien ou le programme.
  • Il y a de nombreuses stratégies psychologiques et comportementales qui peuvent vous aider. Les personnes vivant avec l’obésité devraient rechercher un.e clinicien.ne ayant une spécialisation en changement comportemental qui puisse de les aider à déterminer les stratégies pertinentes pour eux.
  • Sachant qu’un poids plus sain implique de surmonter de nombreux obstacles (fringales, habitudes, accessibilité, pressions sociales), il y a plus de chances que le changement de comportement soit durable, si les comportements choisis par la personne correspondent à ses valeurs psychologiques fondamentales.

* N.-B.: L’utilisation du genre masculin a été adoptée pour le reste du texte afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

** Notez que nous avons traduit les messages clés, ainsi que les recommandations issues des lignes directrices; tandis que les chapitres complets et le matériel complémentaire sont disponibles uniquement en version originale anglophone.

Partagez cette page: