Pharmacothérapie pour les adolescents souffrant d’obésité

Cet article a été écrit par Maryam Kebbe. Maryam est candidate au doctorat au département de pédiatrie de l’Université de l’Alberta. Elle est actuellement aussi présidente du chapitre OC-ENP de l’Université de l’Alberta et la directrice des communications de l’exécutif national OC-ENP.

Pour de nombreux adolescents souffrant d’obésité, les interventions sur le mode de vie ne suffisent pas pour atteindre et maintenir une perte de poids à long terme ; il se peut que des approches thérapeutiques supplémentaires telles que la pharmacothérapie ou la chirurgie bariatrique soient nécessaires. En particulier, les médicaments anti-obésité sont une option pour aider avec les changements d’adaptation de l’appétit et de la dépense énergétique qui favorisent la promotion de la prise de poids [1] ; ils sont classés dans l’une des trois cibles principales suivantes : (i) le traitement des nutriments, (ii) la régulation hormonale entérique et (iii) la modulation centrale de l’appétit, de la satiété et des comportements alimentaires [2,3]. Bien que les experts estiment que la pharmacothérapie contre l’obésité devrait être réservée aux enfants et adolescents de 12 à 16 ans présentant un indice de masse corporelle élevé et présentant une comorbidité liée à l’obésité (par exemple, dyslipidémie, hypertension, résistance à l’insuline, stéatose hépatique, apnée obstructive du sommeil) [4,5], le contre-argument est que les avantages potentiels peuvent l’emporter sur les risques potentiels chez ceux qui manifestent déjà des complications liées à un excès de poids [3].

Les agents anti-obésité pédiatriques actuellement disponibles [2,3] sont limités en nombre et en disponibilité ; plusieurs sont utilisés de manière non-conforme et non-couverts par les agences gouvernementales. En raison de l’efficacité limitée de la monothérapie, on assiste également à une tendance croissante à la pharmacothérapie combinée.

Approuvé pour l’obésité chez les adolescents et les adultes :

  1. Orlistat (Xenical®)

Approuvé pour l’obésité chez adultes :

  1. Lorcaserin (Belviq®)
  2. Phentermine/topiramate (Qysmia®)
  3. Naltrexone/bupropion (Contrave®)
  4. Liraglutide, dose élevée 3mg (Victoza®)

Usage non autorisé* exemples fréquents :

  1. Metformin (divers noms commerciaux) pour les patients atteints de diabète sucré.
  2. Exenatide (Byetta®, Bydureon®) pour les patients atteints de diabète sucré.
  3. Topiramate (Topamax®) pour les patients atteints des crises d’épilepsie et des migraines

* L’utilisation d’associations de médicaments non autorisés pour le traitement de l’obésité devrait être limitée aux essais cliniques et les adolescents doivent être informés de l’état de ces médicaments s’ils sont utilisés seuls ou en association.

La littérature scientifique sur les médicaments de réduction de poids, y compris les essais contrôlés randomisés (ECR) sur l’efficacité, est beaucoup moins fréquente chez les adolescents que chez les adultes, en partie en raison de changements dans la croissance développementale affectant les besoins nutritionnels et de préoccupations concernant les conséquences néfastes pour la santé [2]. De plus, les essais de médicaments pédiatriques ont tendance à être soumis à de courtes périodes d’intervention, à des taux d’attrition élevés et à une description inadéquate des méthodes et de la conduite des analyses. Cela appelle des essais futurs qui minimisent ces problèmes avec des exemples de considérations pour des ECR de haute qualité, décrits par Kelly et ses collègues (2017) [6]. Si l’on souhaite améliorer la pharmacothérapie de l’obésité chez les adolescents, un certain nombre de classes de médicaments doivent être étudiées.

Les stratégies de médecine de précision prennent de l’ampleur et la pharmacothérapie de l’obésité pédiatrique est un domaine intéressant pour découvrir les caractéristiques du profil du patient et des biomarqueurs permettant une réponse efficace à des traitements spécifiques utilisant la pharmacogénétique, les techniques de phénotypage du comportement alimentaire, la métabolomique et d’autres facteurs prédictifs [7]. Dans la gamme d’approches existantes et nouvelles de gestion de l’obésité, l’objectif est de fournir aux patients l’option thérapeutique qui est considérée comme la plus efficace avec le plus faible risque d’effets secondaires.

Références

  1. Greenway FL. « Physiological adaptations to weight loss and factors favouring weight regain ». Int J Obes. 2015;39:1188–96. 

  2. Coles N, Birken C, Hamilton J. «  Emerging treatments for severe obesity in children and adolescents » . BMJ. 2016;354:i4116.
  3. Sherafat-Kazemzadeh R, Yanovski SZ, Yanovski JA. « Pharmacotherapy for childhood obesity: present and future prospects. Int J Obes. 2013;37:1.
  4. Barlow SE. « Expert committee recommendations regarding the prevention, assessment, and treatment of child and adolescent overweight and obesity: summary report » . Pediatr. 2007;120: S164–S92.

  5. Yanovski JA. « Intensive therapies for pediatric obesity ». Pediatr Clin North Am. 2001;48:1041–53.

  6. Kelly AS, Fox CK, Rudser KD, Gross AC, Ryder JR. « Pediatric obesity pharmacotherapy: current state of the field, review of the literature and clinical trial considerations ». Int J Obes. 2016;40:1043.
  1. Kelly AS, Fox CK. «  Pharmacotherapy in the Management of Pediatric Obesity ». Current Diab Rep. 2017;17:55.
2019-04-15T15:29:57+00:00 avril 15th, 2019|Non classifié(e)s|