Jenn: Poids de la vie

Je suis une femme de 37 ans me dirigeant vers mes 38 du Nord-Est de l’Ontario, au Canada. Je suis une femme de plein air qui pêche. J’aime aussi bloguer, écrire des romans et, bien sûr, me balancer au son de la radio dans mon camion. Je suis un photographe amateur passionné, et entre-temps, on peut me trouver à l’extérieur en randonnée pédestre, en canot ou en raquette (l’hiver). Dans l’ensemble, je suis extrêmement actif. Je suis bien mariée et j’ai un emploi à plein temps formidable. J’aime faire de la randonnée équestre, mais ça fait des années que je ne l’ai pas fait. J’en reparlerai plus loin.

Comment percevez-vous votre corps? Avez-vous l’impression que votre perspective diffère de celle de la société? Comment cela vous influence-t-il et comment vous sentez-vous par rapport à vous-même aujourd’hui?

Honnêtement, je serai le premier à dire que je vois mon corps comme une pièce d’outil. Cela me permet de faire ce que je veux, et bien que la société considère ce qui m’a été donné comme un obstacle, je trouve que je suis capable de faire tout ce que je veux sans aucun problème. J’ai de mauvaises journées et, voyant les campagnes de « salissage » liées à l’obésité d’aujourd’hui sur les médias sociaux et dans la société, il arrive que ça joue avec mon estime, cela m’entraîne à ne pas vouloir exposer plusieurs de mes aventures en ligne due aux représailles que je sais que je vais recevoir.

Comment abordait-ont les thèmes de l’image de soi, du poids et de la santé lorsque vous étiez enfant? Comment cela influence-t-il votre façon de penser et de parler du corps et du poids à présent?    

En grandissant, il n’a jamais été question de ce qu’était mon corps chez nous. Si je voulais le faire, on m’a soutenu et je pense que cela m’a donné la confiance dont j’avais besoin pour réussir à l’école. Cela m’a aussi aidé à comprendre que dans la société d’aujourd’hui, il y a beaucoup d’idées fausses au sujet de ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire selon votre forme et votre poids.

Pouvez-vous me parler d’une situation où vous avez ressenti de la discrimination ou un jugement envers vous (ou pour une autre personne) en raison de votre poids ou de votre corpulence? Et pourquoi cette expérience précise se démarque-t-elle dans votre esprit?

Je pense que le pire était de grandir au secondaire. Un ami de la famille est venu vivre avec nous pendant un certain temps. Il était plus âgé que moi et avait ce « petit-je-ne-sais-quoi » pour lui, mais il n’arrêtait pas de me faire des commentaires grossiers, allants à m’aboyer dessus jusqu’à m’offrir des friandises pour chiens. Il me disait que je ne trouverais jamais quelqu’un à moins que je perde du poids, car qui voudrait d’un gros cochon comme moi. Cela a été un tournant dans ma vie, parce qu’il y avait là un gars, qui avait l’air « cool » et agissait comme tel ; me démontrant qu’il faut regarder à l’intérieur de quelqu’un. Il ne s’agit pas de ce qui se trouve à l’extérieur, mais plutôt à l’intérieur d’eux. Je peux bien sûr perdre du poids, changer mon apparence, mais quoi qu’il arrive, les gens comme lui seront toujours laids à l’intérieur.

Si la crainte de la discrimination liée au poids était éliminée, à quoi ressemblerait votre vie? 

Je ne vois pas beaucoup de choses différentes. Cependant, je pense que j’aurais plus de confiance en moi et que j’aurais plus d’aventures à exposer sur mon blogue. Je serais aussi plus devant la caméra que derrière elle. Je trouve que je documente ceux qui m’entourent, mais je ne fais rien pour documenter ce qui m’arrive, parce que je suis incroyablement consciente de mon apparence et que je ne veux pas traiter avec les commentaires.

Pensez-vous que votre poids a créé des obstacles pour vous? Par exemple, avez-vous déjà abandonné une activité que vous aimiez vraiment à cause de votre poids? Ou y a-t-il eu d’autres façons dont votre poids vous a gêné?    

Mon poids a créé des barrières pour l’une de mes plus grandes passions, l’équitation. On m’a dit que les centres équestres n’ont pas de chevaux assez forts pour supporter mon poids, et que d’autres l’ont fait plus doucement, soit de faire en sorte de ne jamais me rappeler pour les leçons. J’avais une instructrice extraordinaire, mais malheureusement, elle a quitté la ville, depuis je n’ai pas pu continuer mes leçons. Donc, ces dernières années, j’ai dû abandonner l’équitation pour l’instant.

Comment vos opinions et vos croyances au sujet du poids ont-elles influencé la façon dont vous voyez les autres? Pourquoi pensez-vous que c’est comme ça?  

Honnêtement, je ne regarde pas le poids d’une personne. Je regarde pour voir ce qu’il y a à l’intérieur, je ne veux pas être jugé sur mon apparence, alors pourquoi le ferais-je à quelqu’un d’autre ? Je veux qu’ils se sentent à l’aise à mes côtés, peu importe leur forme ou leur chiffre.

Selon vous, quelles seraient les idées fausses les plus courantes concernant l’obésité? Comment pensez-vous que la stigmatisation contribue à ces idées fausses?     

Je pense que l’une des plus grandes idées fausses est que nous voulons être gros. Il ne s’agit pas seulement d’une mauvaise alimentation ; de nombreuses personnes en surpoids ont des problèmes de santé sous-jacents et ne sont souvent pas diagnostiquées en raison d’une pénurie de médecins ou de négligence. Même si nous voulons perdre du poids, aucun régime, aucun exercice ni se faire mourir de faim ne changera cela. Je pense que la stigmatisation y contribue parce qu’honnêtement, personne ne veut vraiment voir au-delà de la forme ou de l’apparence de quelqu’un. Ils ne veulent pas accepter que nous essayions et que souvent nous ayons une meilleure santé qu’eux, c’est simplement plus duveteux.

Si vous ressentez que votre poids est un problème pour vous, pouvez-vous nous parler du moment où vous avez l’avez réalisé? Qu’est-ce qui a déclenché cette réaction?   

Je ne trouve pas que mon poids est un problème, je trouve juste que certains jours, je n’aime pas comment je suis. Certains jours, j’ai de mauvaises journées, comme tout le monde. Certains jours, je me déteste ; et d’autres, je m’aime et j’avance. Certains jours, un commentaire ou une déclaration peut agir comme un déclencheur et parfois, il suffit de se lever et de se regarder dans le miroir.

Où voyez-vous le besoin d’organisme tel qu’Obésité Canada et qu’espérez-vous que nous puissions réaliser ensemble?

Je crois que les programmes devraient être disponibles dans les communautés ou même dans les écoles. Le fait d’avoir des ambassadeurs qui travaillent auprès des jeunes femmes et des hommes qui traversent les problèmes avec confiance pourrait leur donner l’occasion de parler avec des gens qui sont déjà passés par là. Je pense que nous pouvons accomplir n’importe quoi, de l’éducation de ceux qui ne comprennent pas l’humiliation de l’image corporelle, au fait d’aider à bâtir la confiance de ceux qui en ont besoin.

      

  

2019-09-27T17:55:09+00:00 septembre 27th, 2019|Nouvelles, Weight of Living, WoL|